MIA DO ATIWO JANVIER 2019

Le voyage de Benoit Boucher et de Koudzo Toussah en janvier 2019 avait pour but le suivi du projet « Mia do atiwo » sur le terrain.

Une première réunion s’est tenue le mardi 22 janvier avec le bureau de Kpalimé, c’est-à-dire Dominique Niakou, le chargé de projet et Yawo Ayissah, le secrétaire. Il en est ressorti que l’autogestion des groupements était effective et que les déplacements mensuels n’étaient plus indispensables. De plus, ils étaient dépensiers, ce qui explique la forte baisse des rapports transmis par le secrétaire. Le chargé de mission s’est donc concentré sur l’apport de semences et des plants difficiles à trouver dans les milieux, notamment les orangers et les anacardiers qu’il va chercher dans la région de Badja.

Suite à sa formation financée par l’association, Yawo a pu rencontrer les groupements afin de les sensibiliser à la culture, aux bienfaits et à l’utilisation de l’artémise, plante porteuse d’espoir pour lutter contre le paludisme.

Une deuxième réunion s’est tenue le vendredi 25 janvier avec le groupement Novissi de Kuma Apoti. Le président Dick Kokoroko confirme la plantation cette année de 500 plants divers et variés. Une saison des pluies exceptionnelle par sa longueur et densité a fait des dégâts, surtout dans la pépinière où beaucoup de plants n’ont pas survécus. Néanmoins, la forte mobilisation du groupement a permis une remise en état et une reprise de la pépinière qui aborde sa troisième année forte de plus d’un millier de plants (cedrela, corossolier, fraké, …)

​Le secrétaire Yao Hodo nous a, pour sa part, signifié la mise à disposition d’un terrain pour une durée indéterminée afin d’y planter des essences variées et d’y associer des cultures vivrières pour que le groupement gagne en autonomie. Afin de les soutenir dans cette démarche, il a été décidé de l’achat d’une rappeuse à manioc.

Une troisième réunion s’est tenue à Agou Nyogbo le mardi 29 janvier avec la coopérative « La persévérance ». Le secrétaire Kossi Tsogbe a rappelé que l’essentiel du travail cette année avait été sur l’entretien des parcelles existantes et surtout des pares-feux pour éviter la catastrophe. Une nouvelle parcelle a été travaillé afin d’y recevoir les centaines de fraké qui fournissent la pépinière. Pour préparer l’autosuffisance, il est prévu de cultiver les bananes plantains, les ananas et de développer l’apiculture.

Le président Kokou Tagbo énumère tous les arbres plantés, environ 500 cette année : anacardes, orangers, cure-dents, … Une visite dans les parcelles confirme le beau travail de la coopérative. De plus, la pépinière est bien fournie et très variée. Ce qui laisse imaginer pour 2019 une belle année de plantation.

En trois ans, le projet « mia do atiwo » aura permis :

  • la création de 2 groupements de 10 personnes dans 2 milieux différents : la plaine (Agou Nyogbo) et la montagne (Kuma Apoti).
  • la création de 2 pépinières dépassant le millier de plants d’essences variées (annona muricata, terminalia superba, cedrela odorata, khaya grandifolia, cola nitida, cola acuminata, garcinia cola, xylopia aethiopica, azadirachta indica, …)
  • la plantation de 4000 arbres en 2 ans (3000 dès la première année puis 1000 l’année dernière). On peut espérer cette année la plantation des 2000 arbres issus des pépinières.

Les groupements vont continuer à exister en exploitant les cultures vivrières des parcelles communes et en vendant les plants présents dans les pépinières. La sensibilisation autour du glyphosate et de son utilisation va se poursuivre et s’intensifier.