MIA DO ATIWO DÉCEMBRE 2017

Cet hiver,  c’est Benoit et Sika Boucher qui ont suivi le projet « Mia do atiwo » sur le terrain.

Une première réunion avec les groupements a été organisée à leur arrivée en décembre. Le dimanche 10 décembre pour Agou Nyogbo, le mercredi 13 décembre pour Kuma Apoti. Benoit Boucher a échangé avec les membres pour avoir un bilan sur l’année: 3000 plants en terre, des pépinières encore fournies (fraké, cedrella, neem, …) et une forte demande des villageois pour rejoindre un groupement. Il a été décidé, comme l’an passé, d’une rencontre entre les deux groupements.

Le vendredi 22 décembre 2017 à 10 heures a eu lieu à Kuma Apoti la deuxième rencontre entre les groupements « La persévérance » d’Agou Nyogbo et « Novissi » de Kuma Apoti. Cette réunion a eu pour objectifs de faire un bilan de l’année écoulée et d’étudier les objectifs et les perspectives pour l’année à venir. Après les salutations d’usage et la présentation de l’ordre du jour par Yawo Ayissah (secrétaire du projet Mia do atiwo), Benoit Boucher (fondateur de l’association Go to Togo et hôte de la rencontre) a pris la parole. Ce fut ensuite le tour de Dominique Niakou (chargé du projet Mia do atiwo), Kokou Amouzou (secrétaire de Novissi) et Kossi Tsogbe (secrétaire de la persévérance). Un tour de table a ensuite été lancé afin que chacun puisse prendre la parole et faire des remarques et des propositions. Il a été ainsi évoqué la création d’une grainothèque et d’un arboretum dans chacun des deux milieux.

Après la remise de matériel (coupe-coupes, houes, arrosoirs, bottes, chaussures et vêtements), la délégation s’est rendue sur la pépinière et sur des terrains où le reboisement a commencé. La réunion a pris fin vers 15 heures après la dégustation d’un bon repas.

Le jeudi 4 janvier 2018, Benoit Boucher, accompagné du bureau de Kpalimé (Dominique Niakou et Yawo Ayissah) et de membres des groupements s’est rendu chez Kossi Ayeh, président du l’ONG FAGAD (Frères Agriculteurs et Artisans pour le Développement) à Adéta (nord de Kpalimé). FAGAD lutte contre l’exode rural et soutien les populations paysannes en développant des activités génératrices de revenus. Ils font du reboisement depuis de longues années. Les échanges et les conseils ont été nombreux et fructueux.

Une liste des essences à développer dans les pépinières a été établie :

Citrus aurantium, kuntouti, oranger ;

Annona muricata, agnakli, corossolier ;

Persea americana, péati, avocatier ;

Carica papaya, adibati, papayer ;

Artocarpus heterophyllus, jacquier ;

Terminalia superba, kegblalin, fraké, limba ;

Cedrela odorata, sabaliti, acajou amer ;

Khaya grandifolia, mahogen, acajou ;

Chlorophora excelsa, odum, iroko ;

Anacardium occidentale, yovotcha, anacardier ;

Cola nitida, bissiti, colatier (grande) ;

Cola acuminata, evi, faux colatier (petite) ;

Garcinia cola, ewo ;

Monodora myristica, eyi, faux muscadier ;

Dialum guineensis, atitoeti, tamarin de velours ;

Xylopia aethiopica, etso, poivrier d’éthiopie ;

Azadirachta indica, liliti, neem, margousie.

Cette année, l’achat de graines va se concentrer sur l’oranger et l’anacardier, essences que Dominique Niakou va aller chercher dans leurs milieux naturels.